Le Journal PHAR

A la une

Accalmie à Brest

24/04/2015

 A la suite de la rencontre qui s'est déroulée hier au CHU de Brest entre la direction et nos collègues du service d'anesthésie-réanimation. Un courrier a été adressé aux médecins anesthésistes-réanimateurs témoignant d'une prise de conscience de la situation et d'une volonté de rémédier aux problèmes identifiés.

 

Afin de poursuivre les discussions dans un climat constructif et serein, les médecins du CHU de Brest ont souhaité lever le préavis de grève déposé pour mardi. Ce que nous avons fait.

 

Le SNPHAR-E constate que les discussions en cours au sein de la mission menée par Jacky Le Menn sur l'attractivité mais aussi autour de la circulaire "temps de travail dans les structures d'urgences" commencent à changer la perception du temps de travail médical à la fois par nos collègues mais aussi par les directions ce qui nous semble positif d'autant que les conclusions de ces travaux ne sont pas encore finalisées.

 

Parmi les propositions qui sont faites par la direction du CHU de Brest :

- L'absentéisme sera compensé en attendant le recrutement de 4 médecins anesthésistes.

 

Des discussions seront menées sur les sujets suivants :

-l’effectif théorique de médecins anesthésistes nécessaires,

-la prise en compte du temps de travail effectivement réalisé au-delà de 18 heures

-le choix d’un décompte en demi-journées ou en temps continu.

 

Toutes ces thématiques sont au centre des discussions que nous avons en ce moment en national et il nous semble absolument clair que ces paramètres ont un impact majeur sur l'attractivité des carrières médicales hospitalières.

 

Le SNPHAR-E félicite les collègues du CHU de Brest qui par leur mobilisation ont réussi à débloquer une situation qui s'aggravait depuis de longs mois. Le fatalisme est une mauvaise réponse à la dégradation des conditions de travail dans les établissements publics de santé, faire corps et montrer que l'on n'accepte pas ces situations est la meilleur chose à faire.

 

Kénavo.

 


Avis de tempête sur Brest

22/04/2015

 Si les Bretons ont l'habitude des coups de vent, ce n'est pas nécessairement le cas de la direction du CHU de Brest qui vient de recevoir un préavis de grève concernant les conditions de travail des médecins anesthésistes-réanimateurs du CHU de Brest.

 

Comme cela se fait beaucoup en ce moment, de nombreux établissements cherchent à faire passer leurs blocs en 10 heures ce qui provoque souvent grogne et mécontentements de la part des personnels non médicaux mais aussi des médecins qui voient ainsi les contraintes horaires s'allonger sans qu'aucune compensation ne leur soit proposée en retour.

 

C'est le cas à Brest où les collègues n'ont toujours pas de contrat de temps additionnel ce qui est parfaitement illégal. Leur temps de travail n'est toujours pas mesuré ce qui est aussi illégal et cela permet donc des amplitudes de travail journalières importantes sans compensation selon la bonne et vieille pratique du pas vu pas pris.

Heureusement, le Conseil d'Etat ne voit pas les choses comme cela (cf. cette news).

 

Une seule solution : Faites votre relevé individuel d'activité et si possible faites le signer par votre chef de service. Envoyez le tout à votre direction pour faire valoir vos droits (gardez l'original et envoyez une copie) ! Cela facilitera grandement le travail de votre avocat au Tribunal Administratif. Faites lui aussi parvenir copie de cette jusrisprudence.

 

Cela vaut aussi pour les astreintes. La forfaitisation (que nous conseillons de refuser) n'exonère en rien le décompte du temps de travail. Déclarez aussi, sur le même document, vos déplacements en astreinte sans omettre le forfait d'une heure pour le trajet du à chaque déplacement.

 

Le SNPHAR-E fait confiance à ses amis bretons pour que le droit soit respecté et espère que leur mouvement fera tâche d'huile afin que tous les anesthésistes de France en calot vert ou bleu se redressent pour que leurs droits fondamentaux soient respectés. Cela est aussi valable pour tous les autres praticiens hospitaliers car ces dispositions réglementaires s'appliquent à tous.

 

Il faut refuser tout temps additionnel qui n'est pas garanti par un contrat.

 

Il faut refuser que ce contrat flêche ce temps additionnel sur des périodes de nuit et de WE (la permanence des soins est une obligation statutaire et pas une activité basée sur le volontariat).

 

Il faut exiger un décompte du temps de déplacement en astreinte et la prise du repos quotidien en cas de déplacement.

 

Il faut enfin réclamer une indemnisation du temps additionnel au même niveau que le prix de journée de l'intérim médical.


Mission sur l’attractivité : le sabotage en règle commence !

15/04/2015

Les informations qui parviennent au SNPHAR-E indiquent que le sabotage de la mission sur l’attractivité des carrières médicales hospitalières a déjà commencé. Les forces occultes de l’orthodoxie budgétaire des établissements tentent ouvertement de s’opposer aux propositions déjà faites sur le temps de travail et l’activité médicale sans proposer aucune mesure concrète qui permettrait de stopper l’hémorragie médicale des hôpitaux français.


La cinquième demi-journée par période de 24h est pourtant une mesure de justice. Elle permet une égalité de traitement entre les praticiens dont le temps de travail est mesuré en heures avec ceux dont celui-ci est mesuré en demi-journées. Elle permet le respect de la directive européenne puisqu’en deux gardes de 24h le praticien réalisera les 10 demi-journées hebdomadaires de ses obligations de service. Ce n’est pas le cas actuellement, il doit travailler 2 demi-journées de plus ce qui l’amène à plus de 60 heures par semaine. 

 


Lire ...

Flash infos

24=5

20/03/2015

Une garde de 24h doit compter pour 5 demi-journées.

 

C’est une des principales demandes que nous portons au sein de la mission sur l’attractivité qui se déroule en ce moment.


Un PH réalisant deux gardes de 24h sur la même semaine aurait ainsi accompli ses obligations de services hebdomadaires ce qui n’est pas le cas actuellement car on lui réclame deux demi-journées de travail supplémentaire pour cela.

 


Lire la suite ...

Propositions de remplacements

25/03/2015

Chacun d'entre-nous peut recevoir régulièrement des propositions de remplacements. Activité très en vogue en ce moment, les tarifs vont crescendo et certains établissements sont particulièrements généreux.

En cinq jours de travail, il est possible de gagner plus d'un mois de salaire d'un PH au 13e échelon.

 

 

Objet : TOUTES NOS OFFRES ANESTHESIE JUSQU'A AOÛT 2015

 

Bonjour,

 

Nous recherchons des Anesthésistes – Réanimateurs H/F, merci de nous informer de vos disponibilités ou de faire circuler l'information à vos confrères intéressées SVP.


Lire ...

Attractivité (encore)

14/03/2015

Nous venons de recevoir un document intitulé "synthèse de la réunion du 5 mars" censé reprendre les propositions faites pendant la première réunion consacrée au temps de travail des PH de la mission sur l'attractivité des carrières. Nous sommes consternés par cette synthèse qui ne reprend absolument pas les éléments qui ont été développés et avancés par les organisations syndicales ce jour là.

 

Le SNPHAR-E veut du simple ! Il y a urgence car les hôpitaux se désertifient jour après jour !

 

La mission sur l'attractivité des carrières doit comprendre que nous avons besoin d’une NORMALISATION et d’une SIMPLIFICATION et que tout le monde aura à y gagner. Les hôpitaux, comme les médecins !

 

Nous demandons simplement :

 


Lire la suite ...

Prolongation d’activité pour les PH

20/03/2015

Le texte instaurant la possibilité d’une prolongation d’activité pour les PH jusqu’à l’âge de 72 ans a été adopté. Il s’agit là d’une possibilité et non d’une obligation, raison pour laquelle nous ne protestons pas contre ce texte.

 

En revanche nous ne croyons pas une seule seconde que cela permettra de pallier aux problèmes de démographie médicale de notre pays particulièrement dans les spécialités fortement soumises à la permanence des soins.

 

On imagine assez mal une horde de papy-boomer revenir en masse dans les hôpitaux pour faire les gardes et les astreintes. Au contraire, celles-ci risqueraient de revenir aux praticiens en fonction majorant ainsi la sujétion du travail de nuit pour ceux là, les effectifs de jour étant complétés par des praticiens n’effectuant plus de gardes. Ou est l’attractivité ?

 

Nous demandons donc en corollaire à ce dispositif le rétablissement de la limitation du nombre de gardes et astreinte dans l’arrété sur la permanence des soins comme c’était le cas avant 2003 : 1 samedi ou dimanche par mois et 1 garde par semaine.

 

Enfin, ce texte ne sera pas un renoncement à nos droits à la retraite déjà fortement attaqués par les différentes réformes (IRCANTEC, Fillon, …) et encore moins à une rémunération en rapport avec nos qualifications, nos responsabilités et le temps passé au travail.

 


Attractivité (suite)

08/03/2015

 Deux groupes distincts incluant intersyndicales, directeurs d’hôpital, présidents de CME, représentants du Ministère de la santé réfléchissent actuellement au temps de travail des praticiens :


 


Lire ...

Un N° VERT pour l'Anesthésie Réanimation et ses professionnels

30/09/2013

le SNPHAR-E se félicite (*) de la récente initiative du CFAR (Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs) avec la mise en place d'un N° VERT le 1er octobre 2013 au sein d'un ensemble de services et de ressources pour aider les professionnels de l'anesthésie réanimation en difficulté psychologique ainsi que leurs proches.

 

Le CFAR, « Collège de spécialité en Anesthésie-Réanimation », regroupe les Anesthésistes-Réanimateurs de tout mode d’exercice, comble aujourd'hui un retard pour la profession en France.

En effet, dans de nombreux pays (UK, USA, Canada, Espagne, Suisse, Nouvelle-Zélande, etc.), et depuis longtemps, des services ont été mis à la disposition permanente des professionnels de santé : numéros de téléphone dédiés, structures de prise en charge, parcours adaptés pour soutien et réhabilitation en cas de difficultés psychologiques, etc.

 


Lire ...
















Réalisé par Cyim
Mentions légales | Contact | Boîte à outils
Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes-Réanimateurs 75 avenue Parmentier - 75011 - PARIS