Le Journal PHAR

A la une

Revendications IADEs et transferts de tâches. Attentions lignes rouges !!!

09/02/2016

Le SNPHARE alerte la communauté des médecins anesthésistes-réanimateurs, les IADEs et les pouvoirs publics sur le risque de franchissement de lignes rouges sur l'exercice de l'anesthésie-réanimation en France.

 

Plusieurs sujets d'actualités nous sont remontés récemment :

 

 

1 - Le projet médical et universitaire Paris Nord prévoit en page 24 :

 

"le campus appliquera les délégations de tâche dont l’efficacité est démontrée, notamment celles relatives aux compétences IBODE (consultations pré-op, scopies, échographie, bilan clinique du patients, dosimétrie…) et IADE (pose de DILVD, interventions des patients ASA1)."

 

La spécialité s'est déjà clairement exprimée sur ces sujets par l'intermédiaire de son collège national professionnel et ne cautionne pas ce type de transfert de tâches. Aucune étude à ce jour n'a par ailleurs démontré une quelconque "efficacité" de ces pratiques.

 

 

2 - Si nous comprenons bien les revendications des IADEs et la recherche de soutiens à leur cause, nous ne pouvons accepter la résurgence de vieux débats sur le transfert vers d'autres praticiens ou professionnels d'actes d'anesthésie. Qu'on les appellent sédation, diazanalgésie ou neuroleptanalgésie, cela reste de l'anesthésie et cela nécessite donc une évaluation préopératoire et une prise en charge réalisée par un médecin anesthésiste-réanimateur.

 

Ce message, adressé visiblement à plusieurs société savantes et syndicats médicaux ne peut donc en aucun cas nous laisser indifférent :

 

Bonjour,

je me permet ce jour de vous solliciter afin de savoir dans quel mesure votre société savante pourrait témoigner objectivement des compétences des infirmier(e)s-anesthésistes auprès de notre tutelle commune. Actuellement les IADE français(e)s tentent de faire reconnaître leur profession à un niveau intermédiaire car la filière remplit point pour point les prérequis de l'article 30 de la loi santé instaurant les infirmier(e)s de pratique avancée.
Un diaporama présenté à la commission des affaires sanitaires et sociales est disponible en suivant le lien en fin de ce message. Celui-ci devrait vous éclairer sur le niveau raisonnable de nos revendications d'autonomie relative.


En espérant que vous serez sensibles à cet appel, car nous avons besoin du soutien de tous et vous êtes une profession médicale qui est le plus à notre contact.
Veuillez croire en mes meilleurs sentiments.

 

xxx
Syndicat National des Infirmier(e)s-Anesthésistes 157, rue Legendre 75017 Paris.

 

 

 

 

Le SNPHAR-E représentant les médecins anesthésistes-réanimateurs du secteur public, réaffirme la place et le rôle du médecin anesthésiste dans le processus anesthésique depuis la consultation pré-anesthésique jusqu’à la phase postopératoire.


Nous sommes aidés dans cette activité médicale par des professionnels infirmiers très spécialisés, les IADEs, auxquels nous confions, en la supervisant de manière continue, la réalisation de tâches comme l’exécution d’actes techniques ou la surveillance continue de nos patients, depuis l’induction jusqu’à la phase de réveil.


L’activité médicale suppose d’être organisée avec des prescriptions et des protocoles de soins au sein d’équipes pluri-professionnelles concourant à une mission définie et ici : le parcours du patient opéré sur indication chirurgicale.


Nous affirmons à nouveau qu’il n’est pas d’actualité de réviser ces principes en élargissant les limites d’exercice de l’anesthésie qui sont aujourd’hui définies, sans l’accord des médecins qui sont les premiers garants du contrat déontologique passé avec les patients et en assument la responsabilité professionnelle et personnelle.


Nous contestons fermement les pratiques de structures ou de professionnels qui dérogent à ces règles, soit par dérive irresponsable, soit par effet d’une incurie gestionnaire.


Il ne sera pas accepté que les pouvoirs publics accordent des dérogations à des règles professionnelles qui ont fait leur preuve, au seul motif d’une pénurie médicale, notamment par le maintien forcé de plateaux techniques sous dimensionnés en médecins anesthésistes-réanimateurs.


Le SNPHARE appelle les IADE et les anesthésiste réanimateurs à défendre cette position seule apte à préserver les relations de confiance qui ont soudé les deux professions pour notre spécialité en permettant ses progrès et l’accès des patients aux soins de qualité dans la sécurité.


GHT : Aucun compromis sur le projet médical !

08/02/2016

Le SNPHAR-E apprend par voie de Presse l’existence d’un décret sur les GHT qui permet la création de pôles d’activité inter-établissements (page 13 article 4). Les dispositions statutaires permettent actuellement de mettre en recherche d'affectation d'office les praticiens qui, au cours d'une restructuration de leurs établissements, refuseraient leur nomination dans ces fameux pôles. On est très loin de la procédure d'affectation qu'on nous avait présentée lors de la mission sur l'attractivité des carrières médicales hospitalières.


La précipitation actuelle concernant la mise en place des GHT, la première phase devant être finalisée avant l’été, ne permettra pas l’élaboration du projet médical territorial par les équipes médicales de chaques spécialités concernées ce qui devrait être le fondement même du GHT. Le projet de décret prévoit que le projet médical est élaboré par les présidents de CME, de la CSIRMT et les directeurs.

 

C'est très insuffisant !


Si ce projet médical n’est pas au centre de leur élaboration, nous avons de grandes craintes sur l’objectif final de la création des GHT. En effet, en l’absence d’intégration du projet médical, ceux-ci permettraient le saupoudrage de l’offre de soin sur l’ensemble du territoire ce qui entrainerait un démantèlement des filières de soins actuelles avec de graves conséquences pour la sécurités des malades.
 


Le SNPHAR-E demande donc une prolongation du délai pour l’écriture des projets médicaux des GHT, une nouvelle concertation sur l’exercice médical au sein des GHT en particuliers pour les spécialités travaillant en plateaux techniques et 24/7, ainsi que de véritables mesures d’attractivité pour inciter les médecins hospitaliers à participer aux GHT et pas des dispositions administratives autoritaires qui ne feront qu’aggraver la fuite des médecins hospitaliers vers d’autres modes d’exercices moins contraignants.

 

Lire le communiqué de presse


Flash infos

AG 2016 - Résultats des votes - Bureau - Cotisation 2016

17/01/2016

 Le SNPHAR-E réuni en assemblée générale le 15 janvier 2016 a procédé au renouvellement partiel de son conseil d’administration conformément à ses statuts.


Sont élus administrateurs :
Dr Véronique Agaësse CHU d’Amiens
Dr Anouar Ben Hellal CH André Mignot, Versailles

Dr Raphaël Briot CHU de Grenoble
Dr Patrick Dassier APHP - HEGP
Dr Michel Dru - APHP CHU Henri Mondor
Dr Jean Garric - CHU de Nancy
Dr Nicole Smolski - CHU de Lyon
Dr Grégory Wood - CHU de Rouen

 


Le Conseil d’Administration a ensuite procédé à l’élection de son nouveau bureau :

 

Président : Dr Yves Rébufat, anesthésiste-réanimateur, CHU de Nantes

 

Secrétaire Général : Dr Grégory Wood, anesthésiste-réanimateur, CHU de Rouen


Secrétaire Généraux Adjoints :
Dr Véronique Agaësse, anesthésiste-réanimateur, CHU d’Amiens
Dr Anouar Ben Hellal, médecin urgentiste, CH André Mignot Versailles

Dr Jullien Crozon, anesthésiste-réanimateur, CHU de Lyon

 

Trésorier : Dr Patrick Dassier, anesthésiste-réanimateur, APHP – HEGP.
Trésorier adjoint – chargé de mission: Dr Claude Wetzel, anesthésiste- réanimateur, retraité, CHU Strasbourg.

 

 

La cotisation 2016 est maintenant payable en ligne. Elle le sera par chèque et virement à partir de lundi prochain 18 janvier.

 

Télécharger le bulletin d'adhésion 2016 (nouveau cotisant, changement d'adresse, etc...)

 

Adhérer

 

Accéder à son espace membre pour régler en ligne (pour retrouver son mot de passe, cliquer sur "mot de passe oublié")


Un N° VERT pour l'Anesthésie Réanimation et ses professionnels

30/09/2013

le SNPHAR-E se félicite (*) de la récente initiative du CFAR (Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs) avec la mise en place d'un N° VERT le 1er octobre 2013 au sein d'un ensemble de services et de ressources pour aider les professionnels de l'anesthésie réanimation en difficulté psychologique ainsi que leurs proches.

 

Le CFAR, « Collège de spécialité en Anesthésie-Réanimation », regroupe les Anesthésistes-Réanimateurs de tout mode d’exercice, comble aujourd'hui un retard pour la profession en France.

En effet, dans de nombreux pays (UK, USA, Canada, Espagne, Suisse, Nouvelle-Zélande, etc.), et depuis longtemps, des services ont été mis à la disposition permanente des professionnels de santé : numéros de téléphone dédiés, structures de prise en charge, parcours adaptés pour soutien et réhabilitation en cas de difficultés psychologiques, etc.

 


Lire ...
















Réalisé par Cyim
Mentions légales | Contact | Boîte à outils
Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes-Réanimateurs 75 avenue Parmentier - 75011 - PARIS